Home / 0
Chargement Évènements
01
février
vendredi

EM FEST (Festival Essonne-Mali)

1 février @ 0 h 00 - 10 février @ 23 h 00

Le Département de l’Essonne entretient depuis longtemps des jumelages avec plusieurs collectivités du Mali. Il a choisi de les mettre en valeur à travers un festival de culture malienne, l’EM FEST. BlonBa et l’Arlequin ont proposé plusieurs événements susceptibles d’entrer dans la programmation de cette importante manifestation.

Du 1er au 10 février 2019.

Délégation Essonne à Sabalibougou

Aurélie Gros, vice présidente du département pour la Culture et l’International, et Damien Allouch, conseiller départemental, reçus par les équipes de BlonBa à Bamako

 

THEATRE – Un appel de nuit, de Moussa Konaté, mise en scène Patrick Le Mauff, Cie BlonBa

Samedi 2 février 2019, 20h30 – Espace Marcel Carné à Saint-Michel-sur-Orge

Dimanche 3 février 2019, 17h – Théâtre de l’Arlequin à Morsang-sur-Orge

JE RÉSERVE

Lundi 4 février 2019, 14h – Théâtre de l’Arlequin, représentation scolaire (lycée professionnel André-Marie Ampère.

Mardi 5 février 2019 – (Théâtre de Bligny – Centre hospitalier de Bligny, Briis-sous-Forge), une initiative du comité de jumelage du Pays de Limours avec la ville malienne de Nioro du Sahel.

14h30 représentations scolaire

20h30 représentation tout public

 

17- Un appel de nuit

Une pièce de Moussa Konaté, un des meilleurs écrivains maliens de sa génération, qui permet de travailler en profondeur la façon dont l’émigration malienne « donne » des enfants à la société française et les frictions qui résultent des différences entre les deux univers. L’EM FEST en assurerait la création française.

 

Le dossier : https://jlsagotduvauroux.wordpress.com/un-appel-de-nuit-le-dossier/ 

 

THEATRE – Maliroots Anka taa, de Ladji Diallo

Théâtre tout public /Seul en scène
de et par Ladji Diallo
Aide à l’écriture et mise en scène Alberto Garcia Sanchez
.
Troisième et dernier opus d’une trilogie,  Malliroots est un voyage miroir au cœur de l’Afrique : d’un côté, un Franco-Malien ; de l’autre côté, des Maliens qui voudraient bien être «francos».
Pourquoi partons-nous ? Qu’avons-nous à gagner ? Qu’avons-nous à perdre ?
AN KA TAA !
.
TROISIEME ET DERNIER VOLET DU TRIPTYQUE
Ladji Diallo est déjà venu deux fois raconter ses histoires – son histoire et les histoires qui la peuplent – au théâtre de l’Arlequin. Un adolescent de la banlieue parisienne s’enflamme pour le théâtre à la découverte de l’Antigone de Sophocle (J’kiffe Antigone). Un homme de théâtre de la région parisienne décide de s’installer avec sa famille dans une vallée des Pyrénées (Ma vallée, un truc de fou). Le troisième épisode arrive : « Maliroots An ka taa ». Anka taa : on y va, en langue bamanan… Et en effet, Ladji nous emmène avec lui dans ce voyage au pays de ses parents.
.
      DANS LE CADRE DE L’EM FEST ET DU MOIS DE BLONBA
Ce spectacle est programmé dans le cadre de l’EM FEST, le festival Essonne Mali promu par le département de l’Essonne. Il s’inscrit également dans le « mois de BlonBa », du nom de la compagnie malienne à qui a été confié l’Arlequin, moment de découverte de la création africaine ou liée à l’Afrique. Ce spectacle qui donne la parole à un enfant français de parents maliens vient après la programmation de Un appel de nuit, qui explorait déjà les débats intérieurs qui traversent l’émergence, dans les sociétés françaises et maliennes, d’appartenances à des sources culturelles historiquement et géographiquement éloignées.
.
LA QUE TOUT COMMENCE
Dernier opus de ce triptyque où Ladji Diallo nous fait vibrer de ses plus incroyables découvertes. La course s’achève ici et c’est pourtant là que tout commence : au Mali.
Après les Pyrénées, après Antigone, le conteur nous plonge au cœur de son grand voyage initiatique au pays de ses ancêtres.
Une rencontre choc entre ce jeune banlieusard et la terre d’Afrique, qui le submerge de son art de vivre, du feu de sa parole, de la poésie du fleuve Niger, de ses griots, de sa musique, de sa danse. Cette Afrique qui révèle à ce jeune venu de France le conteur qui sommeillait dans sa grotte intérieure.
Comment ce conteur va t-il nous immerger dans cette belle Afrique ? Comment allons-nous assister à la naissance de la parole en lui ? Comment la réalité de jeunes migrants va t-elle s’articuler avec la sienne ?   Si Ladji était né au Mali, la France serait-elle devenue son Eldorado ?
Crédit photo : J.Jacques Abadie
Spectacle proposé le samedi 9 février 20h30 au théâtre de l’Arlequin

JE RÉSERVE

.

DANSE – La danse ou le chaos, chorégraphie Tidiani Ndiaye, danse Souleymane Sanogo, textes Souleymane Sanogo et Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Cie BlonBa

1er février à 20h30, au Théâtre Intercommunal d’Etampes.. Le spectacle sera précédé d’une semaine d’ateliers et d’une représentation scolaires

Solo Danse Chaos pour Longpont.jpg

L’autobiographie dansée de Souleymane Sanogo, enfant de la rue bamakoise devenu un des meilleurs artistes de sa génération (danse contemporaine). Le spectacle peut être donné seul, mais il est très propice à des formules incluant des ateliers, notamment en milieu scolaire, débouchant sur des performances vidéo/danse sur le thème « Un tournant dans ma vie ». (cf. l’appréciation qu’en a donné Arcadi : www.arcadi.fr/presentation/actualites/bdd/actualite.837/)

Un sujet de TV5MONDE

 

 

AVEC LE COLLECTIF POUR LA CULTURE EN ESSONNE

ARTS PLASTIQUES – Exposition de photographies + autoportrait théâtral et musical de Lassine Coulibaly

.20292872_10156530908278065_7352700654920654144_n.jpg

22089055_10156752609243065_7589849414171549932_n.jpg

Programmé à la MJC de Bures-sur-Yvette, autres lieux essonniens à préciser

En partenariat avec BlonBa, le Collectif pour la culture en Essonne programme dans le cadre de l’EM FEST une exposition de photographies de Lassine Coulibaly, artiste sélectionné pour représenter le Mali à la dernière Biennale africaine de la photographie. Egalement connu sous le nom de scène de Lassy King Massassy, l’artiste est aussi comédien et l’un des pionniers du rap malien. L’exposition s’accompagne du spectacle « L’Homme au six noms » (théâtre et musique), portrait autobiographique de l’artiste

Les expositions :

  • Du 28 Janvier au 8 Février à Bures/Yvette – l’association souhaiterai avoir 25 photos de la série anarchie productive
  • Du 28 Janvier au 10 Février à Verrières-le-Buisson
  • Du 1er au 23 février à Etampes
  • Du 5 février au 6 Mars à Saint-Germain-Les-Corbeils
  • Le 2 février à Boussy-St-Antoine

Les spectacles :

  • Le 2 février à 21h00 à Verrières-le-Buisson
  • Le 6 février à 15h30 à Saint-Germain-les-Corbeils
  • Bures-sur-Yvette (date à préciser)

 

29244060_10157286370393065_7083934391608541184_n.jpg . 11 - L'Homme aux six noms.jpg .

 

ACTION CULTURELLE – JE SUIS DONC JE DANSE, 

Collectif BKECie BlonBa

Le concept de JE SUIS DONC JE DANSE est fondé sur la réalisation et l’usage de modules VR consacrés à des autoportraits d’artistes chorégraphiques. L’idée est d’utiliser l’impression d’extrême proximité que permet la technologie de la réalité virtuelle pour réaliser une sorte de confidence

  • par des mots adressés de façon très intime, très proche au spectateur ou à la spectatrice ;
  • par des moments de danse dans le champ immersif à 360°
  • par une plongée dans des éléments significatifs des environnements naturels et sociaux qui ont inspiré leurs choix artistiques.

C’est un usage de la réalité virtuelle qui est un peu à rebours des scènes spectaculaires habituellement présentées dans cette technologie, mais qui est pourtant très approprié. En réalité virtuelle, le regard de l’artiste, sa voix chuchotée à l’oreille, la proximité de son corps en mouvement produisent un puissant effet d’intimité. Le spectateur ou la spectatrice en devient virtuellement le confident et pénètre dans le cœur de ce qui a déterminé sa vocation et son art. L’éloignement entre un art sacralisé par les lumières de la scène et les spectateurs du « commun », surtout s’ils appartiennent à des couches sociales peu initiées à ces pratiques culturelles, est à ce moment rompu.

 

Une porte ouverte sur l’art de la danse

Ces modules de 4 à 7 mn sont conçus et réalisés pour être en soi des objets de qualité au service de l’art des danseuses et danseurs concernés. Ils pourront être consultés pour eux-mêmes et constituer à terme une choréothèque à disposition des institutions concernées.

Mais on essaiera autant que possible de les faire vivre dans des performances ouvrant sur le spectacle vivant et les œuvres dansées par les artistes impliqués dans le programme JE SUIS DONC JE DANSE. La curiosité spontanée (des jeunes notamment) pour la technologie VR sera le vecteur de cette ouverture à la danse. Les premières expériences menées avec le lycée professionnel Ampère de Morsang-sur)Orge et le Service municipal de la jeunesse de la même ville ont été tout à fait concluants.

 

Un programme déjà engagé

Le projet JE DANSE DONC JE SUIS est en cours de réalisation

Le tournage des premiers modules s’est déroulé en fin juillet à Bamako (Fatoumata Bagayoko, Modibo Konaté, Souleymane Sanogo). Ces trois modules seront le vecteur des performances proposées dans le cadre de l’EM FEST par le collectif BKE (audiovisuel), BlonBa et le théâtre de l’Arlequin.

EXPOSITION

Yop chez les blédards

YOP PREMIER PANNEAU.png

Une sorte de roman photo réalisé avec des jeunes français de parents maliens sur leur problématique voyage au « bled ». Ce travail, conduit par Jean-Louis Sagot-Duvauroux, a inspiré sont livre « On ne naît pas Noir, on le devient » (Albin Michel, en poche dans la collection Points) qui peut donner lieu à l’organisation de débats.

Cette exposition sera présentée au théâtre de l’Arlequin en accompagnement des deux spectacles proposés dans le cadre de l’EM FEST – Un appel de nuit, Maliroots An ka taa – qui l’un et l’autre travaillent la façon dont des familles d’ascendance malienne s’inscrivent dans la société française.

 

 

Laisser une réaction

Your email address will not be published.