BEGIN:VCALENDAR VERSION:2.0 PRODID:-//Théâtre de l’Arlequin - ECPv5.1.6//NONSGML v1.0//EN CALSCALE:GREGORIAN METHOD:PUBLISH X-WR-CALNAME:Théâtre de l’Arlequin X-ORIGINAL-URL:https://theatrearlequin.morsang.net X-WR-CALDESC:évènements pour Théâtre de l’Arlequin BEGIN:VTIMEZONE TZID:Europe/Paris BEGIN:DAYLIGHT TZOFFSETFROM:+0100 TZOFFSETTO:+0200 TZNAME:CEST DTSTART:20210328T010000 END:DAYLIGHT BEGIN:STANDARD TZOFFSETFROM:+0200 TZOFFSETTO:+0100 TZNAME:CET DTSTART:20211031T010000 END:STANDARD END:VTIMEZONE BEGIN:VEVENT DTSTART;TZID=Europe/Paris:20210103T080000 DTEND;TZID=Europe/Paris:20210415T170000 DTSTAMP:20210218T225701 CREATED:20210103T105421Z LAST-MODIFIED:20210218T130037Z UID:18735-1609660800-1618506000@theatrearlequin.morsang.net SUMMARY:ESSONNE MALI CRÉATIFS en ligne DESCRIPTION:La covid n’aura pas raison des échanges culturels Essonne-Mali\nL’identité du théâtre de l’Arlequin est marquée par son lien structurel avec la jeune création malienne. L‘EMFEST (Essonne-Mali Festival) initié par le département a donné de nouvelles perspective à cet engagement international. Et les contraintes sanitaires liées à l’épidémie de covid nous ont contraints à imaginer des échappées par où notre action pouvait continuer à se développer. Cette page témoigne de cet engagement et propose notamment des ressources numériques régulièrement réalimentées qui permettront à tous les amis de la mondialité culturelle de se construire à la maison une programmation riche et variée. En attendant que des événements « physiques » remettent à nouveau de la vie dans notre salle… N’hésitez pas à faire défiler la page et à sélectionner les propositions qui vous font envie\, puis a revenir régulièrement nous voir pour de nouvelles surprises : des contes\, des documentaires\, des captations de spectacle\, des réflexions… \nRESTEZ CONNECTÉS !\n  \n__________________________________________________ \nRESSOURCES NUMÉRIQUES\nCette rubrique met à disposition permanente des films et des documents produits par BaroDa/L’Arlequin et le réseau malien Culture en partage. \nLA DANSE DES KORÈDUGAW – Une performance danse/arts plastiques du Mali s’immerge dans l’univers essonnien des Structures Sonores Baschet devant la caméra captivée de Boubacar Coulibaly\n« La danse des korèdugaw » est une installation du jeune plasticien malien Ibrahim Bemba Kebe. L’œuvre s’inspire d’une société initiatique qui a tenu une place importante dans les institutions du Manden et qui est dépositaire d’un patrimoine culturel\, éthique et spirituel de haute valeur\, les korèdugaw. Les korèdugaw sont inscrits sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO nécessitant une sauvegarde urgente.\nCette installation a inspiré une performance de danse contemporaine dans laquelle le danseur et comédien Modibo Konaté marie ses gestes et ses mouvements à ceux dans lesquels Ibrahima Kébé a fixé ses personnages.Une performance danse/arts plastique proposée à l’occasion de l’EmFest (Essonne-Mali festival) dans le cadre de l’initiative du Théâtre Brétigny LE MALI A DES CHOSES À VOUS DIRE (Dedans Dehors)\nCe film a été tourné dans l’univers magique des Structures sonores Baschet (Saint-Michel-sur-Orge\, 91)\, co-producteur avec Baroda\, le Collectif pour la culture en Essonne et le Théâtre Brétigny. Il a été réalisé par BouBacar Coulibaly avec Chiaka Ouattara.\nSculptures d’Ibrahim Bemba Kébé. Danse Modibo Konaté. Conseil chorégraphique Andréya Ouamba. Musique Justin Beauval et Cheicknè Sissoko. \n \nKALACH STORY : Une lecture scénarisée et filmée qui fait entendre le texte de la pièce\, en attendant que le spectacle puisse venir de Bamako\nUne kalachnikov personnifiée séduit un aspirant émigré qui choisit de devenir son esclave. Ils traversent l’Afrique et y sèment la violence. Cette lecture filmée donne à voir et à entendre le texte d’un spectacle créé simultanément à Bamako (Cie BaroDa) et à Goma (RDC – Cie Sikilik Africa) par des artistes de ces deux pays. La version malienne du spectacle\, jouée par Alladji Ismaïl Sy (Kalach)\, Modibo Konaté (Le Boy) et Maïmouna Sanogo (La Grande Dame) dans une mise en scène de Kali Sidibé et avec des musiques de Cheicknè Sissoko\, était programmée pour l’édition 2021 de l’#EmFest (29/01-07/01). La pandémie en a décidé autrement. Mais le temps du festival a été mis à profit pour répéter\, filmer et monter cette lecture très convaincante\, qui fait entendre le texte dans toute sa force et qui nous entraine irrésistiblement dans les péripéties de la pérégrination meurtrière des deux comparses. Vidéo également disponible sur You Tube pour celles et ceux qui ne disposent pas d’une connexion suffisante pour la visionner sur Vimeo : https://youtu.be/NCzr4CFBA5A. Pour en savoir plus sur le spectacle : https://lacompagnieblonba.net/class/kalach-story/ \n \nDES CONTES À VISIONNER EN FAMILLE\n \nFilmées à l’Arlequin\, « LES BELLES HISTOIRES DE TONTON MODIBO » (jeune public)\nLa période de semi-confinement a été mise à profit pour filmer\, au théâtre de l’Arlequin\, une série de contes maliens et africains revisités par Jean-Louis Sagot-Duvauroux\, dits par  le comédien et danseur bamakois Modibo Konatè\, en résidence à l’Arlequin pour trois mois\, réalisation Chiaka Ouattara. Vous êtes en famille. Vous voulez offrir un bon moment de spectacle à vos enfants. Vous pensez qu’éveiller leur sensibilité aux cultures du monde est une bonne chose pour eux et pour la société. Ne vous en privez pas. Offrez-leur\, offrez vous ces plongées dans les fables imaginées par l’Afrique pour transmettre son patrimoine culturel à ses enfants dès le plus jeune âge. \nPREMIER CONTE\, LA RÉPUBLIQUE DES SINGES – (d’autres contes arrivent\, restés connectés !) \nCette année-là\, la république des singes connut une famine sans pareille. Dans la république des singes\, le titre le plus glorieux\, c’est voleur\, le travail le plus respecté\, c’est voler. Voler les épis de mil dans les champs\, voler le maïs\, voler l’arachide\, voler les melons dans les jardins\, les pastèques\, voler les goyaves et les papayes dans les vergers\, voler tout ce que les champs\, les jardins et les vergers te présentent à voler… Mais cette année-là\, rien…\n \nDEUXIÈME CONTE\, LE BUFFLE ET LE LIONCEAU – (d’autres contes arrivent\, restés connectés !) \nAu commencement\, le lion n’était pas roi. Le buffle était roi. Dankélé\, le roi-buffle. La loi de Dankélé\, c’est sa force. Tu as raison contre lui\, sa force te ramène à sa raison. Tu as tort contre lui\, sa force te ramène à sa raison. Au pays de Dankélé\, la justice est sans force. Au pays de Dankélé\, la vérité est sans force. S’il ment\, son mensonge devient vérité. Si tu dis vrai et qu’il dément\, ta vérité devient mensonge…\n \nTROISIÈME CONTE\, LES OISEAUX MALADES – (d’autres contes arrivent\, restés connectés !) \nLe monde était encore tout frais\, tout meuble\, tout juste sorti des mains de Dieu quand cette histoire arriva. Trois amis marchaient sur le sol humide\, le vautour\, le calao et la poule. Une maladie frappa le vautour et ses cheveux tombèrent. Une maladie frappa le calao\, cet oiseau au grand bec crochu. Son bec poussa\, poussa jusqu’à se tordre et prendre l’aspect qu’on lui connait aujourd’hui. Une maladie frappa aussi la poule…\n \n\nLA DANSE OU LE CHAOS (danse)\nUne création BlonBa/L’Arlequin – avec Souleymane Sanogo – Chorégraphie Tidiani Ndiaye \n \nC’est avec la pièce de danse autobiographique de Souleymane Sanogo – La danse ou le chaos – que l’EMFEST a fait ses premiers pas. Souvenir… \n(Les images ont été prises pour un court sujet sur TV5MONDE puis montées pour faire ce sujet\, qui n’est donc pas d’une qualité technique impeccable\, mais nous laisse une belle trace d’une création Arlequin.) \n\nALA TÈ SUNOGO (Dieu ne dort pas) – Théâtre\nUne création BlonBa/L’Arlequin\, témoin des riches relations culturelles établies par le théâtre de l’Arlequin depuis son ouverture avec la création malienne et la compagnie BlonBa devenue BaroDa \n \nSpectacle de la compagnie malienne BlonBa\, théâtre de kotèba et danse contemporaine\, de Jean-Louis Sagot-Duvauroux\, avec Diarrah Sanogo « Bougouniéré »\, Sidy Soumaoro « Ramsès Damarifa »\, Adama Bagayoko\, Souleymane Sanogo\, Alimata Baldé. Un opérateur culturel aux prises avec la corruption\, un enfant des rues muet qui ne s’exprime qu’en dansant et leur entourage croisent leurs histoire. Fantaisie burlesque et poésie. Ce spectacle est un des grands moments du partenariat entre le théâtre de l’Arlequin et la compagnie malienne BlonBa devenue BaroDa. Il constitue un témoignage des liens culturels intenses qui se sont développés entre l’Essonne et le Mali et qui ont favorisé l’éclosion de l’EMFEST.  (Diffusion Mali\, France\, Côte d’Ivoire\, Tunisie). \n(Les images ont été prises « sur le vif » lors d’une représentation à l’Institut Français du Mali et ne sontpas d’une qualité technique impeccable\, mais nous laissent une belle trace de cette création.) \n\nBOUGOUNIÉRÉ INVITE À DÎNER\nUn des plus grands succès de la Compagnie BlonBa\nMis à disposition du public en ligne de l’Arlequin par Acrobates Films à l’occasion de l’#EmFest 2021 et jusqu’au 10 février. Mot de passe BouChrisAcro. Vous pouvez offrir un merci concret à Christian Lajoumard\, le réalisateur de la captation et à nos amis d’Acrobates en jetant un coup d’oeil sur leur très beau catalogue en VOD et éventuellement en se laissant tenter par une des occasions proposées de passer agréablement les soirées de confinement : https://vimeo.com/channels/acrobatesfilms/videos (3\,90 € la séance).  \nBougouniéré (Diarrah Sanogo) dirige à Bamako une Ong « humanitaire ». Citadine moderne et engagée\, mais d’extraction populaire\, elle a l’esprit fort occupé par un sport bien connu : la chasse aux subventions. Ce soir\, un bailleur venu des pays riches a souhaité faire connaissance avec « l’Afrique profonde ». Il est attendu à dîner par la militante\, installée dans sa cour. Bougouniéré commence à préparer le repas. L’eau bout dans la marmite. \nLE SPECTACLE (mot de passe BouChrisAcro) \n  \nNEUFS LIVRES CONNUS ET MÉCONNUS offerts par les équipes maliennes de BiBook et Culture en partage\n \nL’Arlequin\, confié à l’antenne française de la compagnie malienne Baroda/Culture en partage (ex-BlonBa)\, s’inscrit dans un réseau d’acteurs culturels africains qui vient de lancer BiBook\, un éditeur numérique 100% made in Africa qui offre en cadeau de bienvenue 9 ouvrages de qualité sélectionnés à partir des enjeux de l’Afrique et de sa diaspora. Des textes essentiels à la culture de « l’honnête homme » (femmes comprises) du XXIe siècle. Pour les acquérir\, installez sur votre téléphone ou votre tablette l’application BiBook gratuitement disponible sur AppStore (iphone\, ipad) ou Play Store (androïd) et c’est gratuit \nGOUVERNEURS DE LA ROSEE\, roman de Jacques Roumain (Haïti)\, un chef d’œuvre des lettres francophones. \nLE VOYAGE AU SOUDAN\, d’Ibn Battùta ; ce voyageur arabe visite le Mali au XIV siècle et raconte. \nMEMOIRES D’ESCLAVE\, de Frederick Douglass\, l’enfance et la jeunesse d’un homme né esclave aux USA. \nLA MODESTE PROPOSITION\, de Jonathan Swift ; un pamphlet grinçant contre le colonialisme anglais en Irlande. \nVOYAGE AUTOUR DE MA CHAMBRE\, de X. de Maistre. Livre culte des confinés : 42 jours à explorer sa chambre. \nLES 30 PLUS BELLES FABLES de La Fontaine ; des textes qui appartiennent à la culture mondiale. \nLE REGNE DE L’ASKIA MOHAMMED\, de Mahmoud Kâti\, tiré de son Tarikh El Fettach (16e siècle) \nBUG JARGAL de V. Hugo\, roman écrit à 16 ans dont le héros est un esclave révolté de Saint-Domingue. \nPRESQUE-SONGES\, TRADUIT DE LA NUIT de Jean-Joseph Rabearivelo\, poète malgache du début du XXe siècle. \n \n \n\n\n\nApp Store ou Play store > BiBook > Installer > Suivre la procédure > Choisir un livre…\n  \nCONFI’DANSE : PORTRAITS DE DANSEURS EN VR 3D – 360°\nUn partenariat BaroDa/L’Arlequin/Collectif BKE a permis la réalisation de trois portraits d’artistes maliens en réalité virtuelle. BKE en propose pour l’#EMFEST et jusqu’au 7 février les fichiers à regarder sur téléphone pour celles et ceux qui disposent de l’application et de l’équipement adéquats. Des destins et des perspectives qui font aimer la vie. \nFatoumata Bagayoko – https://vimeo.com/316165866 \nModibo Konaté – https://vimeo.com/316166921 \nSouleymane Sanogo – https://vimeo.com/374901945 \nTeaser (en vidéo 2D) – https://vimeo.com/492405639/d96dfbb783 \n\n  \n  \n__________________________________________________ \n#EmFest 2021\n \nSoit directement\, soit en partenariat avec le Théâtre Brétigny (Dedans Dehors) ou le Collectif pour la Culture en Essonne\, la Cie BaroDa/Culture en partage (ex-BlonBa) et le théâtre de l’Arlequin ont été impliqués dans une tournée de 22 performances danse/sculpture\, dans la diffusion de 2 expositions et dans la production de 8 films.\n\n \nUNE PERFORMANCE\nLa danse des korèdugaw\, une performance danse/arts plastique proposée dans le cadre de l’initiative du Théâtre Brétigny LE MALI A DES CHOSES À VOUS DIRE (Dedans Dehors) – production Cie BaroDa/Sanou’arts. Sculptures d’Ibrahim Bemba Kébé. Danse Modibo Konaté. Conseil chorégraphique Andréya Ouamba. Musique Cheicknè Sissoko. \n  \nJeudi 14 janvier – Performance La danse des Korèdugaw\, au lycée professionnel Ampère de Morsang-sur-Orge (13h45 et 15h30) \nJeudi 28 janvier – Lecture de la pièce Kalach story et captation audiovisuelle\, à l’Arlequin\, 15h (avec le CC91) \nVendredi 29 janvier – La danse des Korèdugaw au collège Saint-Exupéry de Marolles-en-Hurepoix – 15h (LE MALI A DES CHOSES À VOUS DIRE – Dedans-dehors du Théâtre Brétigny). \nLundi 1er – La danse des Korèdugaw au collège de La Guyonnerie (Bures-sur-Yvette) avec l’AJUKOBY – 10h30 et 11h30 \nMardi 2 février – La danse des Korèdugaw à l’école Courbet de Morsang-sur-Orge (avec la Ville de Morsang) – 10h30\, 14h et 15h15 \nJeudi 4 – La danse des Korèdugaw dans le lieu des Structures sonores Baschet\, (La Grange\, Saint-Michel-sur-Orge) – Réalisation d’un film  – (LE MALI A DES CHOSES À VOUS DIRE – Dedans-dehors du Théâtre Brétigny\, avec le CC91 pour la prestation Spectacle vivant) – 14h30 (scolaire) et 16h (professionnels) \nVendredi 5 février – La danse des Korèdugaw au Centre social de Brétigny avec les enfants en soutien scolaire\, à 16h30 (avec LE MALI A DES CHOSES À VOUS DIRE – Dedans-dehors du Théâtre Brétigny) \nLundi 8 février – La danse des Korèdugaw à l’école Curie de Morsang-sur-Orge (avec la Ville de Morsang) – 10h30\, 14h et 15h15 \nMardi 9 février – La danse des Korèdugaw à l’école Robespierre de Morsang-sur-Orge (avec la Ville de Morsang) – 10h30\, 14h et 15h15 \nVendredi 12 février – La danse des Korèdugaw à l’école Wallon de Morsang-sur-Orge (avec la Ville de Morsang) – 10h30\, 14h et 15h15 \n\nDEUX EXPOSITIONS\n\n15 portraits de Korèdugaw – LES BOUFFONS SACRÉS DU MALI – ont été exposés au lycée professionnel André-Marie Ampère\, de Morsang-sur-Orge. Il s’agit d’une collection de portraits d’initiés de la société initiatique des korèdugaw conçue et photographiée par Dany Leriche et Jean-Michel Fickinger. En partenariat avec la DRAC Ile-de-France. Cette découverte a été proposée dans plusieurs autres lieux de l’Essonne à l’occasion de l’EMFEST 2021. \n\nDu lundi 19 au vendredi 29 janvier au collège de Saint -Exupéry de Marolles en Hurepoix (avec le Théâtre Brétigny – LE MALI A DES CHOSES À VOUS DIRE)\nDu lundi 25 janvier au mardi 2 février\, au CDI du collège La Guyonnerie de Bures-sur-Yvette (avec l’AJUKOBY)\nDu lundi 1er février au samedi 13 février à la mairie d’Epinay-sur-Orge\nDu lundi 1er février au lundi 22 février au centre administratif de Corbeil\nDu mardi 2 février au lundi 22 février à la mairie de Corbeil\n\nUne autre exposition – L’AFRIQUE PAR ÉCRITS – a été répartie dans 3 lieux.\nCette exposition montre et commente des calligraphies de 12 écritures nées en Afrique depuis les hiéroglyphes égyptiens jusqu’au nko mis au point en 1949 pour transcrire sans les trahir les langues du Manden. \n\n\n\ndu mardi 26 janvier au mardi 2 février\, Médiathèque Jean-Farges de Marolles -en- Hurepoix (6)\ndu mardi 2 février au samedi 13 février\, Médiathèque d’Epinay sur Orge (4)\ndu mardi 2 février au samedi 13 février\, Centre d’hébergement Emmaüs Le Bois l’Abbé (Epinay-sur-Orge) (6 ou 8)\n\n\n\n\nLA RÉALISATION DE HUIT FILMS\n– 6 contes africains filmés au théâtre de l’Arlequin par Chiaka Ouattara\, interprète Modibo Konaté\, texte adapté par Jean-Louis Sagot-Duvauroux.\n– Captation scénarisée au théâtre de l’Arlequin d’une lecture de la pièce Kalach story dite par Jean-Paul Sermadiras (Kalach)\, Modibo Konaté (Le Boy) et Ophélie Joinville (La Grande Dame). Réalisation Lionel Isy-Schwart avec Stéphane Cazenave. Texte de Jean-Louis Sagot-Duvauroux.\n– Film de la performance La danse des korèdugaw dans l’univers des Structures Sonores Baschet (Saint-Michel-sur-Orge). Réalisation Boubacar Coulibaly\, avec Chiaka Ouattara. Musique Justin Beauval (aux structures Baschet) et Cheicknè Sissoko. Interprétation Modibo Konaté.\n\n\n\n\nMIEUX CONNAÎTRE FATOUMATA DIAWARA\, MARRAINE DE L’EMFEST 2021 et 2022 : une longue complicité avec l’aventure artistique dont l’Arlequin est un des fruits…\nFatoumata Diawara\, qui est aujourd’hui une des stars mondiales de la musique africaine\, a accepté de clore l’EMFEST 2021 par un concert proposé par Le Plan à l’Agora d’Evry\, scène nationale de l’Essonne\, le 7 février 2021. Une longue histoire la lie à la Cie BlonBa\, devenue Baroda\, et à Jean-Louis Sagot-Duvauroux\, directeur de l’Arlequin\, théâtre où elle a donné deux concerts peu après son ouverture. Une histoire d’émancipation devenue légende dans la communauté artistique du Mali. Sous ce lien\, une interview recueillie par Corine Binesti qui éclaire cette belle destinée : http://www.100pour100culture.com/musique/fatoumata-diawara-resiliente/ et ci-dessous un des grands succès de la chanteuse. \n \n  \n  \nEN IMAGES AU JOUR LE JOUR\n. . . \n12/02/2021 AU REVOIR L’ESSONNE !\nLa petite troupe de korèdugaw déléguée en Essonne par le sculpteur Ibrahim Bemba Kébé et animée par le danseur Modibo Konaté a donné à l’école élémentaire Wallon de Morsang-sur-Orge ses trois dernières performances inscrites au programme de l’#EmFest (Essonne-Mali Festival). Mission accomplie. Au revoir Morsang ! A bientôt Bamako ! \n.  \njusqu’au 22/02/2021 LES BOUFFONS SACRÉS DU MALI À LA MAIRIE ET AU CENTRE ADMINISTRATIF DE CORBEIL-ESSONNES\n09/02/2021 À L’ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE MAXIMILIEN ROBESPIERRE DE MORSANG-SUR-ORGE\nL’#EmFest est officiellement terminé\, mais la demande a été telle\, que la tournée de la performance La danse des korèdugaw dans les écoles se poursuit. Des moments très forts de découverte\, où les petits élèves tutoient sans réticence l’art contemporain – danse\, sculpture – se laissent envahir par les échos de la culture patrimoniale du Mali\, expérimente joyeusement un monde pluriel\, manifestent par leur concentration et la pertinence de leurs remarques combien la rencontre avec la création d’aujourd’hui fait du bien à l’âme. Des graines ont été semées. On est impatient de les voir grandir. \n. \n08/02/2021 À L’ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE IRÈNE JOLIOT CURIE DE MORSANG-SUR-ORGE\nInspirés par l’art de la récupération du sculpteur Ibrahim Bemba Kébé et des korèdugaw\, les élèves ont imaginé des oeuvres composées d’objets recyclés. Ici\, un selfie avec le danseur Modibo Konaté autour du drapeau vert-jaune-rouge de la République du Mali. \n  \n05/02/2021 AU CENTRE SOCIO-CULTUREL DE BRÉTIGNY-SUR-ORGE\, UNE PERFORMANCE POUR LES ENFANTS DU SOUTIEN SCOLAIRE\n. . . \n04/02/2021 « L’Afrique par écrits » AU FOYER EMMAÜS D’ÉPINAY-SUR-ORGE ET\, PROTÉGÉS DE LA COVID PAR LES FENÊTRES DE LA MAIRIE\, Les bouffons sacrés du Mali (Korèdugaw)\n\n\n\n\n\n\n  \n\n04/02/2021 LA LECTURE DE KALACH STORY TOURNÉE AU THÉÂTRE DE L’ARLEQUIN EST MISE EN LIGNE (cliquer sur l’image ou ici https://vimeo.com/508730102  )\n\n. \n  .\n03 & 04/02/2021 REPERAGES ET TOURNAGE AUX STRUCTURES SONORES BASCHET (SAINT-MICHEL-SUR-ORGE) POUR LA REALISATION D’UN FILM SUR LA PERFORMANCE « LA DANSE DES KORÈDUGAW » PRÉSENTÉE DEVANT DES PROFESSIONNELS\n.   02/20/2021 TROIS PERFORMANCES ET TROIS CONTES DEVANT TROIS CLASSES DE L’ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE GUSTAVE COURBET DE MORSANG-SUR-ORGE\n. 01/02/2021 LA PERFORMANCE ET L’EXPOSITION SUR LES KORÈDUGAW AU COLLÈGE DE LA GUYONNERIE À BURES-SUR-YVETTE\n \n\n\n\n29/01/2021\, AU COLLÈGE SAINT-EXUPÉRY DE MAROLLES-EN-HUREPOIX\nLes 600 élèves du collège\, ainsi que le corps enseignant on pu découvrir l’exposition de Dany Leriche et Jean-Michel Fickinger à l’occasion de l’ #EmFest 2021 ; puis les sculptures de l’installation d’Ibrahim Bemba Kébé ; puis devant trois classes la performance dansée de Modibo Konaté. Règles sanitaires scrupuleusement respectées. Découverte de la création d’aujourd’hui. D’une civilisation à l’autre… \n 28/01/2021 TOURNAGE À L’ARLEQUIN D’UNE LECTURE SCÉNARISÉE DE LA PIÈCE « KALACH STORY »\, EMPÉCHÉE DE VENIR DE BAMAKO PAR LA SITUATION SANITAIRE\n  \n\n\n\n26/01/2021 – À LA MÉDIATHÈQUE DE MAROLLES-EN- 28HUREPOIX\n\nL’exposition L’Afrique par écrits a été accrochée à la médiathèque de Marolles-en-Hurepoix. De gauche à droite : idéogrammes bozos (Mali) représentant différents états de l’eau ; « l’écriture » elle même telle que la disent les hiéroglyphes égyptiens ; le début de l’évangile de Jean en guèze\, alphabet des Ethiopiens ; le souvenir du congrès de Kurukanfuga (fondation du Mali classsique en 1236) en alphabet nko\, écriture mise au point en 1949 par karamoko Souleymane Kanté pour recueillir avec précision phonétique et lexicologique les savoirs du Manden.\n\n\nCalligraphies d’Aboubacar Fofana sur cotonnades teintes selon la technique du bogolan.\n\n\n\n\n\n\n14 /01/2021 -AU LYCÉE PROFESSIONNEL AMPÈRE DE MORSANG-SUR-ORGE\nLes deux premières performances in vivo de la performance La danse des korèdugaw ont eu lieu en préfiguration de l’EmFest le 14 janvier\, au Lycée professionnel André-Marie Ampère de Morsang-sur-Orge : une attention impressionnante pour ces quelques pas dans les bois sacrés du Mali et dans l’univers de l’art contemporain. Belle adhésion des lycéens et de l’équipe éducative de ce lycée engagé depuis 10 ans dans un intense partenariat avec le théâtre de l’Arlequin et la compagnie BaroDa (ex-BlonBa)\n\n\n\n\n\n\n______________________________________________________ \nCOMPRENDRE LE MALI\nCette rubrique est constitué de documents qui aident à comprendre le Mali\, son patrimoine culturel\, son expression artistique.  \n  \n\n\n\nL’ENVOL DU CHASSEUR\, un film d’Alexandre Bonche sur la vie et les savoirs des initiés donso\n\n\n\n\n\n\n\n\nLa confrérie des donsow (chasseurs) étend son influence à toute l’Afrique de l’Ouest. Elle remonte à la fondation des grands ensembles politiques du Wagadou et du Mali et est à l’origine de la Charte du Mandé (1236) qui fonde la vie sociale sur la concorde et le respect des libertés. Huit siècles plus tard\, elle est toujours vivante et active. « L’envol du chasseur » raconte l’histoire de l’initiation d’un de ses membres\, Yacouba\, par son maître Diakaridia. En les suivant\, nous allons plonger dans l’univers de la confrérie\, dans un monde qui dépasse le cadre des frontières ou des états modernes : nous allons nous ouvrir à « l’esprit mandingue ».\n\n\n\n\n\n\n\nLE FILM\n\n\n\n\n\n\n\n\n\n\n\nCONFLIT AFRO-OCCIDENTAL POUR L’EXPLORATION DU COSMOS ?\nLa raison analytique et une conception binaire du rapport entre l’esprit et la matière caractérisent la pensée occidentale. Les civilisations du Manden pensent l’Univers comme un tout organique identifié à la divinité. Un initié donso\, quand il coupe un arbre\, s’en excuse auprès de lui et lui fait une libation. L’Occident en décrypte  le génome\, mais met en péril l’existence même de la vie sur la planète.  Alors que la domination de l’un sur l’autre s’épuise\, ces deux univers de pensée peuvent-ils utilement se mettre en conversation ?\n\n\n\n\n\n\nLE TEXTE\n\n\n\n\n\n\n\n\n\nL’ART EST UN FAUX DIEU – Contribution à la construction d’une mondialité culturelle\nCet essai de Jean-Louis Sagot-Duvauroux\, directeur de l’Arlequin\, est le fruit de son long engagement culturel entre France et Mali. Il explore la façon dont\, par la force de l’histoire\, les paradigmes occidentaux de la vie culturelle se sont imposés à l’Afrique\, comment jusqu’à présent\, ils pèsent sur notre capacité à établir une vraie conversation des cultures. Remplacer l’universalisme d’alignement par une universalité de la conversation ? Le premier chapitre de L’art est un faux dieu est mis en libre accès par l’éditeur chez qui on peut commander le livre : https://www.jacquesflamenteditions.com/wp-content/uploads/2020/06/lartestunfauxdieu.pdf \n\n\n\n\n\nLA CHARTE DU MANDEN – SERMENT DES DONSOW – Un texte fondateur du Mali classique\n\nLa fondation du Mali classique (Manden) au XIIIe siècle est marquée par le congrès réuni à Kurukanfuga par Sunjata Keyita\, son souverain\, pour établir les règles de vie applicables dans ce vaste ensemble politique. Le texte ici proposé\, rédigé sous la forme d’un serment\, en est en quelque sorte un résumé transmis par les confréries donso auxquelles appartenaient Sunjata et beaucoup de ses lieutenants \nTexte traduit d’une tradition recueillie auprès d’un membre des confréries de chasseurs-donso par Youssouf Tata Cissé \nLE TEXTE  \n\nQUOI APRÈS LE COUP D’ÉTAT D’AOÛT 2020 ? Le journal Afrique de TV5MONDE invite Jean-Louis Sagot-Duvauroux\, directeur de l’Arlequin\, pour en parler.\n\n\n\n\n\n\nTV5MONDE : « J’espère vraiment que la rupture actuelle va permettre de poser sérieusement la question de la réinvention d’une vie sociale\, qui soit à la taille du Mali »\, a déclaré le dramaturge et essayiste franco-malien\, Jean-Louis Sagot-Duvauroux\, acteur important de la vie artistique malienne. Il revient avec nous sur les derniers événements survenus au Mali. Pour lui\, « la culture est essentielle\, elle joue un rôle énorme au Mali »\, d’un point de vue politique.\n\n\n\n\nDurée : 11 min 02\n\n\n\n\n22 août 2020\n\n\n\n \nEt une nouvelle page qui réunit une documentation textes et images sur les confréries initiatiques (pour s’y rendre\, cliquer sur les images)\nLE MALI INITIATIQUE\nFilms\, textes\, images sur des confréries initiatiques et le rôle que tient jusqu’à aujourd’hui ce mode de transmission des savoirs\, des pratiques\, des rites dans la société malienne. \n1 – L’ENVOL DU CHASSEUR \nUn film de l’anthropologue et réalisateur Alexandre Bonche autour de la confrérie des dosonw (52 mn – avec l’autorisation de l’auteur) \n2 – LES NUITS KOTÈBA\nMise à disposition par Acrobates Films jusqu’au 10 février 2021.\nhttps://vimeo.com/406169823 Mot de passe : KoteChrisAcro\n3 – YAYA COULIBALY\, MARIONNETTISTE ET MAGICIEN\nMise à disposition par Acrobates Films jusqu’au 10 février 2021\nhttps://vimeo.com/503490014 – Mot de passe Yaya2021\nEt aussi des textes pour réfléchir\, des dates pour participer à des événements liés à cette problématique \n________________________________________________________ \n\nRubrique ÇA SE PASSE À BAMAKO\n\nCette rubrique informe régulièrement sur les activités du réseau Culture en partage et de la Maison des solutions qui l’abrite\, les référents de Baroda et de l’Arlequin au Mali. \n\nL’AFRIQUE AIDE l’AFRIQUE \nUn nouveau pôle culturel bamakois – Une explosion de créativité – L’Afrique qui s’invente et qui réussit – La jeunesse aux commandes \nLe continent africain et ses cultures ont historiquement subi une longue période de marginalisation. Il est temps et il est possible de rétablir une conversation culturelle équilibrée. Effervescence créative dans la nouvelle génération. Usage averti des nouvelles technologies. LA MAISON DES SOLUTIONS regroupe à Bamako un réseau de jeunes équipes disposant déjà d’un solide bilan artistique et technologique. Le Mali du XXIe siècle… \nComment faire pour rétablir une conversation équilibrée dont tout le monde profiterait ? \nLa Maison des solutions est un nouveau pôle bamakois des nouvelles technologies et de la vie culturelle. Elle réunit les jeunes équipes du réseau CULTURE EN PARTAGE. La Maison des solutions et le réseau Culture en partage sont le référent bamakois du théâtre de l’Arlequin \n\nLa startup informatique We’re solution\nLes compagnies théâtrales Baroda (ex-BlonBa) et Monarydasoka\nL’éditeur numérique BiBook\nLe promoteur du site d’information culturelle Journal Estival\nL’administration du groupe musical Somanè (Cheicknè Sissoko)\nLe studio d’enregistrement audio et vidéo Shine\n\nSon fonctionnement en réseau la relie à de nombreuses autres initiatives artistiques. \n \n  \nKALACH STORY\nUne création théâtrale simultanée entre Congo RDC\, France et Mali – tournée française prévue en novembre 2021 \n\nAlladji Ismaïl Sy joue le personnage de Kalach dans un costume et une scénographie d’Ibrahim Bemba Kébé. Texte de Jean-Louis Sagot-Duvauroux. Mise en scène de Kali Sidibé. Image de Boubacar Samaké prise lors d’une répétition publique à l’Institut Français du Mali \n  \nLa pièce Kalach Story met en scène une kalachnikov personnifiée et un jeune aspirant à l’émigration que l’arme convainc de devenir son esclave et d’obtenir grâce à elle tout ce qu’il cherche. Ce spectacles est dès l’origine un projet transafricain\, avec une version congolaise montée à Goma (RDC) et une autre à Bamako (Mali) et dans les deux cas un soutien des Instituts Français. Deux caractéristiques lui font traverser les frontières : l’implication de compagnies de différents pays (des possibilités sont ouvertes au Cameroun\, en Centrafrique\, en Côte d’Ivoire) ; la réalisation de versions radiophoniques en français\, en bamanan\, en swahili et bientôt dans d’autres langues africaines\, notamment des langues parlées au Mali dans les zones d’insécurité. MIKADO FM\, la radio de la MINUSMA a déjà diffusé la version française. Un lien est également établi avec le Festival des Francophonies à Pondichéry (Inde) qui en a proposé une lecture lors de sa dernière édition. \n  \nLA PASSION D’ISSA YOUSSOUF\nCréation en cours – Un regard contrasté sur l’Islam malien – Tournée française prévue en janvier-février 2022 \n Un jeune marxiste engagé dans les mouvements anticoloniaux vient interroger Issa Youssouf\, prédicateur musulman pour qui la conversion du cœur l’emporte sur le respect des rites. Deux notables de l’endroit\, l’imam et un de ses fidèles\, surviennent. Ils se sont saisis d’une jeune femme qui a visiblement perdu l’esprit et qui est enceinte. Leur plan : mettre Issa Youssouf en contradiction avec la Charia\, qui recommande de châtier les relations sexuelles hors mariage. Mais le saint prêcheur déjoue leur piège et trouve le moyen de sauver la jeune fille. Jouant sur la rencontre fortuite d’Issa Youssouf avec le jeune militant anti-colonialiste\, les religieux dont l’influence est menacée parviennent à convaincre le pouvoir colonial de se débarrasser des deux hommes. Une fiction inspirée d’une histoire vraie. \nLa passion d’Issa Youssouf \n \n\n\nBi = aujourd’hui en bambara – BiBook\, le livre d’aujourd’hui \nUne application gratuite 100% made in Mali – disponible Playstore et AppStore\nLes Africains rencontrent de nombreux obstacles sur le chemin de la lecture. BiBook\, l’éditeur numérique africain\, les affronte de face et leur donne une solution.\n« L’Afrique ne lit pas » \nAprès huit mois d’existence\, Près de 30 000 ouvrages BiBook téléchargés en Afrique. \n« Le livre\, c’est trop cher » \nBeaucoup de livres sont offerts cadeau. Les ouvrages BiBook qui seront payant seront vendus 2000 F CFA payables par Orange money et autres applications de paiement mobile (ou par CB). \n« Il n’y a pas de librairie près de chez moi » \nL’application BiBook est une librairie mobile au service de l’édition africaine où on pourra bientôt découvrir et acquérir des centaines de livres édités en Afrique\, aujourd’hui peu accessibles. \n« Je suis auteur\, mais éditer en Afrique souvent c’est cher et la diffusion ne suit pas » \nPas d’argent à sortir. Au premier livre vendu\, un auteur BiBook touche des droits d’auteur. La sortie de son livre est immédiatement annoncée dans des dizaines de milliers de téléphones. \n  \nLe Musée initiatique\n\nLe projet de Musée initiatique se fixe comme objectif la constitution d’une collection de documents en réalité virtuelle sur les pratiques\, les rites et les enseignements des grandes confréries initiatiques\, vecteurs essentiels de la transmission des cultures et de la pensée africaines. C’est un moyen de maintenir le lien entre la jeunesse et les racines culturelles de l’Afrique\, mais aussi de faire découvrir ces richesses au reste du monde. Une jonction est envisagée avec BiBook\, qui publiera des documents sur ces sujets\, et notamment le travail photographique réalisé par D. Leriche et J.-M. Fickinger. Les sociétés initiatiques concernées sont maliennes (Korè\, Komo\, Donso\, Nya…)\, ou actives dans d’autres pays : Bénin et diaspora américaine pour le Vodùn\, Cameroun pour le Mbok\, etc. \n  \n\nLe musée initiatique envisage également la réalisation de documents VR autour des objets africains restitués par la France\, avec l’idée de les replacer dans leur environnement extra-muséal. Un moyen de sensibiliser les sociétés africaines à ce patrimoine et de l’inciter à le découvrir dans les musées qui l’accueillent. Un moyen d’en maintenir une trace vivante en France (et partout) après la restitution. \n \nPrésentation du Musée initiatique par Alladji Ismaïl Sy dans le cadre de Ségou’ art/Festival sur le Niger (février 2021)\n  \nAction culturelle dans les quartiers populaires\n\nLe réseau culture en partage s’est dès l’origine spécialisé dans l’organisation de tournées de spectacles dans les quartiers populaire\, à Bamako\, mais aussi en Centrafrique avec des créations maliennes et maliano-centrafricaines. Il a acquis une bonne expertise dans ce domaine : 41 représentations en 2019 ; 21 en 2020 malgré la covid. Le réseau s’appuie sur un réseau de lieux et d’associations\, ainsi que sur l’implication des autorités reconnues (confréries\, dugutigiw\, élus\, structures locales). A noter l’étonnante disponibilité des publics pour des spectacles dont l’appropriation pourrait a priori paraître un peu difficile\, en danse contemporaine notamment. \n  \nExportation de services informatiques et de créations culturelles\n\nLe site du théâtre de l’Arlequin\, à Morsang-sur-Orge (France 91)\, réalisé à Bamako par We’re solution \nLa jonction entre le secteur culturel (Culture en partage) et les nouvelles technologies (We’re solutions) est à l’origine de beaucoup des projets réalisés à la Maison des solutions. Elle ouvre sur des possibilités d’exportation de services informatiques\, par exemple la conception\, la réalisation et le suivi du site du théâtre de l’Arlequin (Morsang-sur-Orge\, France\, 91) par We’re solution et BiBook dont le business plan est en grande partie fondé sur des recettes internationales. \nLa vente à l’international des spectacles de Culture en partage joue elle aussi un rôle important dans l’économie de ce secteur d’activité du réseau. \nCette ouverture sur l’exportation porte beaucoup de perspectives. Transformée en revenus pour les acteurs de nos réalisations\, elle contribue directement à l’avancement de l’économie et de la société malienne\, au rayonnement de sa culture. \n  \nContacts \nBiBook/Culture en partage : administration Cheick Mohamed Camara +223 65 04 29 09 Cheickmohamedcamara@yahoo.fr \nConseil stratégie : Jean-Louis Sagot-Duvauroux +223 79 39 48 79 – +33 6 76 68 34 81 –jlsd@club-internet.fr \nWe’re solution : Directeur Luke Tamou Koné +223 90 05 90 05 – luke.kone@were.solutions \nMaison des solutions / Culture enpartage : relations publiques Alladji Ismaïl Sy +223 70 41 17 97 – ismaylsi24@hotmail.com \n  \n  \n  \n  URL:https://theatrearlequin.morsang.net/event/essonnemalicreatifs/ CATEGORIES:Afrique,Contes,Danse,janvier – mai,Performance,Théâtre ATTACH;FMTTYPE=image/jpeg:https://theatrearlequin.morsang.net/wp-content/uploads/2021/01/IMG_0650-scaled.jpeg END:VEVENT END:VCALENDAR