Home / 0
Chargement Évènements
22
septembre
samedi

Le soulier de satin

22 septembre 2018 @ 11 h 00
  • Cet évènement est passé

CLAUDEL/VITEZ

Le Soulier de satin, de Paul Claudel, dans la version d’Antoine Vitez

Projection de la captation du spectacle

 

Mise en scène : Antoine Vitez

Avec : Anne Benoit, Elisabeth Catroux, Gilles David, Valérie Dreville, Jany Gastaldi, Philippe Girard, Serge Maggiani, Madeleine Marion, Daniel Martin, Ludmila Mikael, Redjep Mitrovitsa, Alexis Nitzer, Aurélien Recoing, Robin Renucci, Didier Sandre, Dominique Valadié, Pierre Vial, Gilbert Vilhon, Gilbert Vilhon, Antoine Vitez, Jeanne Vitez, Judith Vitez et Jean-Marie Winling

Scénographie et costumes : Yannis Kokkos

Immersion dans un moment historique du théâtre français

C’est une expérience insolite que propose l’Arlequin en avant-première de la saison 2018-2019 : la projection in extenso de la captation du Soulier de satin, dans la mise en scène historique d’Antoine Vitez.

En 1987, Antoine Vitez fait date dans l’histoire du théâtre par sa mise en scène de la plus longue pièce du répertoire français, Le Soulier de satin de Paul Claudel, dans la cour d’honneur du Palais des Papes, au festival d’Avignon.

C’est la première fois que le public du festival d’Avignon passe la nuit entière au théâtre, le spectacle se déroulant de neuf heures du soir à neuf heures du matin. Cette expérience extraordinaire. Auparavant, Vitez a déjà mis en scène Partage de midi, à la Comédie-Française en 1975, et L’Échange, au Théâtre national de Chaillot en 1986. L’aventure est tentante, pour un metteur en scène de son expérience et de sa renommée, d’affronter enfin la démesure de cette pièce-fleuve de Claudel, couronnement et synthèse de toute son œuvre dramatique.

« La vie de l’homme et l’histoire toute entière »

Selon Vitez, la pièce raconte la vie de l’homme et l’histoire toute entière. De fait Claudel, qui la rédige de 1919 à 1924 et la publie en 1929, indique que « la scène de ce drame est le monde ». On y retrouve le thème de la conquête développé dans Tête d’or, celui de l’amour impossible et sacrifié dépeint dans Partage de midi et dans L’Annonce faite à Marie. Mais ici, c’est à une sorte d’enchaînement mutuel des âmes et à leur salut commun que l’on assiste, là où le salut n’était qu’individuel dans les pièces précédentes.

Le destin d’une passion

L’action se déroule en quatre journées, renouant avec la dramaturgie du Siècle d’or espagnol. Dans l’Espagne de la Renaissance, centre du monde et du christianisme, le conquérant Rodrigue et Doña Prouhèze ont conçu l’un pour l’autre une passion si parfaite que pour être à la hauteur de son exigence, ils devront tous deux lui sacrifier leur vie et leur famille. Car Prouhèze est mariée à Don Pélage. Résolue à rejoindre Rodrigue, elle confie son honneur à la Vierge, en déposant devant elle son petit soulier de satin, lui enjoignant d’entraver l’élan qui la porte vers son désir adultère. Pélage, averti du dessein de sa femme, lui propose une épreuve à la mesure de son âme : garder au nom du Roi la citadelle de Mogador, aux côtés de Camille, traître au souverain et à l’Église, qui aime aussi Prouhèze, tandis que Rodrigue est nommé vice-roi des terres d’outre-mer.

Métamorphoses de l’amour

Les deux amants consentent à se séparer, mais dans cet éloignement va s’affermir leur union spirituelle. Pélage meurt et Camille contraint Prouhèze de l’épouser, avant de la supplier, pour sauver leurs deux âmes rebelles, d’oublier Rodrigue. L’extrait est tiré de la fin de la troisième journée, lorsque Rodrigue et Prouhèze, de nouveau face-à-face, acceptent le sacrifice et renoncent pour toujours l’un à l’autre. Prouhèze confie à Rodrigue sa petite fille, née de Camille. Rodrigue achève sa destinée dans le don et le dépouillement entier de sa personne, vouée à Dieu. Ainsi une passion adultère aura-t-elle servi au salut de la femme et des trois hommes qui l’aimaient, expliquant le sous-titre du Soulier de satin : « le pire n’est pas toujours sûr ».

http://www.ina.fr/video/I00004683

 

AU RISQUE D’UNE EXPERIENCE INOUBLIABLE

11h de théâtre ? Seuls les plus grands s’y sont risqués, Peter Brook, Antoine Vitez… Tous les spectateurs ont eu une petite inquiétude avant de s’y risquer à leur tour. Mais pour la très grande majorité d’entre eux, emportés dans la puissante houle de ces œuvres immenses, ils en sont sortis conquis et transformés. C’est cette expérience immersive que propose d’Arlequin en avant-saison. Il sera possible de la rejoindre ou de la quitter en cours de traversée : trois entractes – trois escales – seront aménagés, placés entre les « journées » dont est composée la pièce. Mais nous recommandons à tous la joyeuse ascèse de la croisière intégrale. Des expériences qu’on n’oublie jamais. Et tous ceux qui l’ont vu s’accordent à dire que la captation audiovisuelle qui sera présentée à l’Arlequin est en elle-même un œuvre à part entière.

Projection organisée par le théâtre de l’Arlequin, l’association des amis d’Antoine Vitez, avec le soutien de la Société Paul Claudel et la collaboration de l’INA.

Durée : 12h, avec 3 entractes

Réservations recommandées

Notre théâtre ne compte que 84 places, il est donc prudent de réserver. Les billets sont achetés sur place au tarif de 2€, 5€ ou 10 € au choix du spectateur, 1€ pour les moins de 12 ans. Le placement est libre. Les places réservées doivent être retirées 10 mn avant le spectacle. Ensuite, elles peuvent être remises à la disposition du public.

Détails
Date : 22 septembre 2018
Heure : 11 h 00 - 23 h 00
Évènement CategoriesFilm, septembre – décembre, Théâtre
Résumé
Venue Name: Le soulier de satin
Address: Claudel monté par Vitez :
une projection-événement,

Laisser une réaction

Your email address will not be published.